FEMME lance un premier jet vidéo

C’est il y a à peu près un mois que Saboteur musique a lancé le premier vidéoclip de FEMME sur son site Internet affilié à YouTube. C’est pour le groupe montréalais la première performance visuelle enregistrée officielle depuis la constitution de la formation musicale aux accents pop-électro-rock.

Jonas et Roch, un duo percutant

Originaire de Astaffort en France, Francis Cabrel a produit son premier grand succès en 1979 sur l’album Les Chemins de traverse. Il aura fallu trente-cinq ans à peu près pour que Roch Voisine reprenne la chanson «Je l’aime à mourir» et se l’approprie pour la traduire en anglais. Le résultat bien que similaire musicalement à l’original change selon mon analyse la perspective du sujet. Interprétée par Jonas, le fameux rockeur canadien anglais, cela donne à réfléchir sur les bases du duo Roch/Jonas. Serions-nous si loin que ça de Brodeback Mountain? On peut supporter bien des choses dans la vie mais la virilité de la traduction de Roch (qui déplace le sujet féminin originel de la chanson de Cabrel vers un sujet masculin, du elle vers le je) laisse vraiment à sous-entendre des relations ambigües entre les deux comparses (le traducteur et l’interprète).

Cela étant dit, je trouve la version de jonas bien moins bonne que l’original qui a bercé mes nombreux voyages Laurentides-Montréal sur les ondes de cité rock-détente et de CIME la radio des Laurentides. Je veut bien croire à l’apport commercial pour CKOI et Énergie de la diffusion de la traduction de cette suberbe chanson d’amour mais le côté bilingue de l’oeuvre me titille beaucoup et déforme en moi l’image paternelle que j’ai de cette chanson française. Oui car non seulement le lyrisme de Jonas me donne la jaunisse – version radio – mais en plus je crois que Roch Voisine, en traduisant les paroles, en a fait une oeuvre beaucoup plus macho que l’original de Cabrel.

Pour votre bonheur, voici en reprise de Belle et bum une presentation de Jonas avec la présence de Cabrel.. et de Brathwaite.

FEMME – Compilation de son particulier !

Femme c’est Julien et Sidney, deux frères par alliance élevés dans une génération électronique. Ils supportent plusieurs genres musicaux et leurs créations tant musicales que lors d’apparitions en public débordent d’imagination. Ouverture sur le monde de FEMME. À ne pas prendre au sérieux! Humour garanti.

Pour la performance reliée à l’entrevue donné à CHOQ.FM il faut débuter la lecture à la trame 1300, alors que commence leur entrevue.
La guitare utilisée lors de leurs compositions uniques en direct ne possédait que les cordes nécessaires pour jouer les mélodies minimales (trois cordes en tout) et ce parfois dans un état très »Grunge » à savoir que la vieille guitare avait été traînée par terre pour donner une image à leur entrevue radiophonique – ce qui n’a pas empêché le duo de rendre justice aux textes touchants des pièces interpretées pour le plus grand plaisir des oreilles des auditeurs du studio de CHOQ.FM.

Incluant aussi un aperçu inédit d`une pièce qui figurera sur »FUBAR », leur prochain album, composé pour Andrée Waters (projet avorté).

Silicone Beats à CHOQ.FM

« Silicon beats c’est 3 gars passionnés de musiques électroniques, 3 trajectoires et 3 regards unis par une seule envie, le partage. Maître mot de leurs explorations, la découverte des univers électroniques oui, mais quoi ? De ce qui vrombit, qui rugit, qui ronronne et te cartonne, qui bounce, ici, par là, partout, dans tous les sens. »C’est une découverte très intéressante que j’ai faite cette semaine en écoutant cette émission animée et coordonnée par Jérôme Guilleaume, DJ à ses heures et depuis plusieurs années animateur sur les ondes de CHOQ.FM, la radio de l’UQÀM.

Principalement, c’est le Dub Step qui retient mon attention. Mélange mélodique et harmonieux de rythmes et de sons ambiants qui plaisent à l’oreille, qui énergisent et qui aident à passer le temps. Originaire de Londres, le Dub Step en serait à sa huitième année d’existence. Variantes de ce style musical relativement émergeant? Breakcore, Amon Tobin et du bon Digitally Imported ne sont que quelques exemples.

L’émission hebdomadaire Silicone Beats figure comme la seule du genre que j’écoute assidument. C’est peu dire pour prétendre informer de manière objective mais le caractère francophone et universitaire de la radio lui donne une teinte intime et chaleureuse. Voilà. Vendu !